**** NOUVEAU ***** LES PORTE-AIGLES

**** NOUVEAU ***** LES PORTE-AIGLES

Le 5 décembre 1804, Napoléon avait remis à ses régiments de nouveaux étendards. L’emblème qui les surmontait, un aigle aux ailes à demi déployées, fit qu’on les appela "aigles". Avec d’autant plus d’à-propos qu’on portait le plus souvent l’aigle sans le drapeau, qui restait alors avec la caisse du régiment.
C’est par un décret impérial du 18 février 1808 relatif à la composition des régiments d’infanterie légère et de ligne que furent créés les porte-aigles.
Chaque régiment se vit accorder un aigle qui devait être porté par un enseigne comptant au moins dix ans de service et ayant combattu à Ulm, Austerlitz, Iéna et Friedland.
Deux soldats vétérans devaient encadrer le 1er porte-aigle, avec le titre de 2e et 3e porte-aigle. Ces trois soldats ne pouvaient être nommés que par l’Empereur lui-même.
Pour assurer la sauvegarde de l’emblème sacré, les 2e et 3e porte-aigle étaient armés d’un esponton à lame efilée, qu’ornait une banderole (rouge pour le 2e porte-aigle, blanche pour le 3e) et de deux pistolets placés sur la poitrine dans un étui, à l’orientale.


(source "l'Uniforme et les Armes des Soldats du Premier Empire" de Liliane et Fred Funcken)

Voir en

Produits par page

Produits par page

Catégories